Mondial : Des femmes réfugiées se rassemblent pour raconter leur histoire à l’occasion de la manifestation annuelle de Voices of Faith
05 mars 2018

Un groupe de jeunes femmes étudiantes dans le camp pour réfugiés de Dzaleka, au Malawi. (JRS)

Rome, 5 mars 2018 – Des oratrices et des panélistes de haut niveau, avec différents passés extraordinaires, vont se réunir à Rome la Journée internationale de la femme (jeudi 8 mars) au cours de la manifestation annuelle de Voices of Faith,  pour raconter leurs fascinantes histoires et discuter le thème de cette année : « Pourquoi les femmes comptent »

Voices of Faith vise  à amplifier les voix de  fortes femmes de foi. Parmi ces femmes, Elisa Orbananos Hernando, responsable régionale JRS des programmes aux Grands Lacs, et Joana Gomes directrice de projet  JRS au Tchad, raconteront leurs expériences de travail sur le terrain.

Elisa a travaillé pour améliorer l’accès à l’éducation des enfants  et adolescents déplacés, pour soutenir des femmes contre la violence basée sur le genre ; elle a aussi géré les projets de soins pastoraux, et conduit des projets complexes dans quelques-unes des crises les plus difficiles du  monde. Joana œuvre pour améliorer les opportunités d’éducation pour les filles, aider les communautés à voir les femmes de manière différente et défier elle-même la tradition sociale et culturelle et le rôle du genre dans un contexte où les possibilités pour les femmes sont limitées.

Pour la première fois, Voices of Faith sera aussi connecté en direct de Rome au  Centre d’apprentissage Arrupe du camp pour réfugiés de Dzaleka, au Malawi, en collaboration avec le Service Jésuite des Réfugiés.

Au cours de la manifestation de l’année dernière, docteur Mireille Twayigira a raconté comment elle a défié toutes les difficultés qu’elle a dû affronter - fuir le génocide rwandais et la guerre en République Démocratique du Congo, jusqu’à l’obtention de son diplôme de médecin à l’université Shenyang en Chine. En tant qu’ancienne étudiante réfugiée à l’école fondée par le Service Jésuite des Réfugiés dans le camp pour réfugiés de Dzaleka, Mireille est un exemple de l’impact que l’éducation peut avoir sur les vies de personnes déplacées, et cela a constitué un fort plaidoyer en faveur de l’accès à l’éducation de femmes réfugiées.

Cette année, nous entendrons les voix de fortes modèles de rôles féminins, directement du camp. Des jeunes femmes du camp pour réfugiés de Dzaleka sont en effet résistantes, passionnées et  décidées à changer les choses dans leurs nouvelles communautés, ainsi que dans l’arène mondiale. Elles plaident pour que soit élargi l’accès des jeunes-filles réfugiées à l’éducation, et leurs voix ont besoin d’être entendues.

Nous entendrons l’histoire de jeunes femmes dans le camp, notamment celle de Perfect Bazahiea, une réfugiée qui a fui son Burundi natal quand ses parents ont été tués pendant le conflit. Elle est maintenant étudiante à Dzaleka et croit que l’accès à l’éducation supérieure est crucial pour que les réfugiés puissent reconstruire leurs vies.

« Dzaleka est un lieu où les personnes ayant le plus de formation et munies de talents et compétences peuvent perdre l’espoir. Après l’école secondaire, la vie y est toujours dure pour des jeunes femmes comme moi. Si les femmes n’ont ni les moyens économiques ni la chance d’aller à l’université, alors certaines femmes se prostituent, et deviennent enceintes ou se marient à un jeune âge. »

Au JRS, nous savons  que l’éducation donne aux femmes plus de forces pour faire valoir leurs droits et assurer leur protection. Cela promeut l’égalité et la pleine participation à toutes les décisions concernant leurs vies, et l’amélioration  de leur situation sociale et économique ainsi que celle de leur communauté. L’éducation est une réponse humanitaire de plus en plus importante étant donné que les réfugiés sont actuellement déplacés pour une moyenne de 17 à 21 ans. 

Malgré la réalité du déplacement, les réfugiées comme Mireille et Perfect deviennent maintenant de puissantes agentes de changement grâce à l’éducation. Demain, elles peuvent être des leaders du changement dans le monde.







Press Contact Information
Martina Bezzini
martina.bezzini@jrs.net